2007 - Sodium sous haute tension

De nos jours, une personne sur cinq souffre d’hypertension artérielle au Canada, un des facteurs de risque les plus importants en ce qui a trait aux accidents vasculaires cérébraux et aux maladies du coeur. Il semble que 42% d’entre nous souffrons d’hypertension sans même nous en rendre compte.

Outre l’atteinte d’un poids santé, la pratique d’activité physique, l’arrêt du tabac, la réduction de la consommation d’alcool, un régime alimentaire faible en sel contribue à une diminution de la tension artérielle. Lorsque le sel est ingéré, notre organisme absorbe le sodium qui circule ensuite dans le sang. Plus la concentration en sodium dans le sang est élevée, plus notre corps cherche à maintenir l’équilibre de ses particules en faisant migrer l’eau vers les vaisseaux, ce qui augmente le volume sanguin et fait voyager le sang très rapidement tel un boyau d’arrosage ouvert à pleine capacité pouvant causer les dommages que l’on connaît.

La société canadienne d’hypertension artérielle suggère une restriction en sodium aux personnes âgées de 60 ans et plus qui ont une tension systolique de plus de 160mmHg (le plus gros chiffre des 2) et à ceux de 60 à 80 ans qui ont une tension diastolique de plus de 105mmHg (le plus petit chiffre des 2). Une alimentation dite sans salière comprend un maximum de 3000 à 4000mg de sodium par jour. À titre de comparaison, une tasse de lait contient 120mg de sodium, une tranche de pain en contient 150mg, 1 once de cheddar 200mg, 1/2 tasse de jus de tomate 440mg, 4 biscottes Melba 200mg, 15ml de moutarde ou ketchup 160mg, tandis que 5ml de sel de table en contient 2300mg!

Pour atteindre une diète sans salière sans calcul savant, il est recommandé avant tout d’éviter le sel lors de la préparation des aliments ainsi qu’à la table. Il vaudrait mieux également éviter la consommation régulière d’aliments très salés tels que potages et bouillons du commerce, extraits de bouillons concentrés, viandes et poissons fumés, salés ou en conserve, plats cuisinés du commerce, marinades, olives, choucroute, sauces du commerce (chili, soja, teriyaki, HP, Worcestershire, ketchup, moutarde, etc.), aliments enrobés de sel comme les craquelins, les croustilles et les noix, les sels de céleri, d’oignon, d’ail ainsi que le glutamate monosodique (Accent). Il est suggéré de rincer les légumes en conserve avant de les utiliser.

Pour réduire le sel dans nos recettes, identifier les ingrédients qui sont déjà salés comme le fromage, le jus de tomate ou le jambon par exemple. Utilisez vos bouillons maison sans sel. Tentez de diminuer de 50% la quantité de sel requis dans la recette. Ajustez l’assaisonnement une fois la recette terminée puisque l’évaporation des eaux de cuisson tend à concentrer les saveurs. Favorisez davantage les herbes et épices afin de rehausser sainement la saveur de vos recettes. Sachant que l’on peut réduire jusqu’à 40% notre risque d’AVC et 25% de crise cardiaque en traitant adéquatement l’hypertension artérielle, il en vaut d’autant plus la peine de goûter avant de saler!

Catherine Stucky, Dt.P.